Le Pourquoi qui tire vers le bas vs le Pourquoi qui tire vers le haut

Le Pourquoi

Les individus ne sont pas tous égaux face aux questions qui se posent. Du Pourquoi jusqu’au comment.. Et encore des questions sous des formes différentes qu’un être humain se pose tout au long de sa vie. Chaque personne se questionne selon ce qu’elle a pu vivre, expérimenter et ce qu’elle a envie de mettre en place dans sa vie. Certaines personnes avancent sans se poser de questions par elle mêmes, et vivent donc en fonction des questions des autres. D’autres, sont plus habituées à l’auto-questionnement qui les aide à avancer dans leurs chemins.

Dans cet article, on va faire un focus sur les questions commençant par le “Pourquoi” et on va expliquer comment ce type de questions peut avoir des avantages, comme des inconvénients et que cela dépend de la manière dont il est utilisé. L’objectif est de vous montrer mes chers lecteurs, que faire attention à la manière avec laquelle on utilise le “Pourquoi” dans nos discussions intime avec soi, et surtout l’émotion présente au moment où on pose la question est très important et peut faire des différences dans une vie.

Le Pourquoi qui tire vers le bas : Le Pourquoi qui limite

Une Analyse perpétuelle du passé

Le Pourquoi mentionné ici est le Pourquoi utilisé dans le but de comprendre et d’analyser le passé de façon obsessionnelle. Et donc, ce Pourquoi peut être la cause numéro un de se retrouver coincé et perdu dans le labyrinthe des souvenirs. Les réponses obtenues à ce Pourquoi sont souvent liées à une analyse perpétuelle de ce que la personne a vécu. Puis, si la personne a eu le malheur de vivre une souffrance, elle peut se retrouver piégée, dans une histoire négative qui ne l’aide pas forcément à avancer vers ce qu’elle a envie de réaliser dans sa vie.

Les réponses à ce Pourquoi s’avèrent inutilisables pour avancer et vivre heureux : certes, on ne nie pas ce que ressent la personne vis-à-vis de son expérience, mais, y retourner souvent peut créer un grand flou difficile d’exploiter pour préparer son avenir et profiter du moment présent.

On ne dit pas que comprendre son passé est négatif, mais y habiter au lieu de vivre son présent et de planifier son futur peut avoir beaucoup d’inconvénients et de conséquences. Certes, comprendre et analyser son passé est utile. Mais, fuir son présent pour s’installer dans son passé ne peut être que limitant.

L’émotion associée à ce pourquoi : La Colère

“-Pourquoi ma mère me fait souffrir? Pourquoi elle ne me m’aiment pas?

-J’ai vécu une enfance difficile… Je n’ai pas confiance en moi à cause de ma mère… Elle a été maltraitée par ses parents et donc, elle a reproduit le même schéma…”

Justifier sans cesse pour ne pas sortir de sa zone de confort

Le pourquoi peut être utilisé comme le garant idéal pour que la personne ne sort jamais de sa zone de confort. Ceci est un piège installé souvent par notre cher cerveau qui décide parfois de nous détourner l’attention dans le but d’économiser de l’énergie tout simplement. Ce pourquoi est souvent utilisé dans une question, enrobée par la peur, qui renvoie essentiellement à la non-prise de risque.

Derrière cette question, se cache la volonté de se protéger. Et donc, ce pourquoi pousse à ne pas prendre le risque de s’exposer à des situations où on craint l’échec. Ainsi, nous passons de moins en moins à l’action, et donc, rien ne se passe. Le piège de ce Pourquoi est qu’il permet de se sentir sur le court terme rassuré, tranquillisé, bien… Sauf que ce sentiment ne dure pas longtemps, parce qu’on se retrouve rapidement frustré, car rien n’évolue, rien n’avance et surtout un sentiment de regret peut nous rendre visite beaucoup plus souvent.

L’émotion associée à ce pourquoi : La Peur

“-Pourquoi je n’accepte pas cette proposition de poste à l’étranger qui peut m’apporter une expérience assez riche à l’internatioanl?

-Parce que c’est difficile de m’éloigner de mon entourage, je vais me retrouver seul sans amis, ça va être difficile de recommencer. En plus, je vais devoir parler en anglais tous les jours. Le déménagement va être compliqué…”

La victimisation : Pourquoi moi?

Ceci me rappelle la série de livres de Lilou macé “Et ça me plaît” et donc j’ai pensé à ce titre “Je suis une victime et ça me plaît”. C’est le titre que j’accorde à ce dernier type d’usage des questions limitantes basées sur le Pourquoi. Un pourquoi qui dévalorise la personne en la liant à un état d’impuissance, de victime qui subit uniquement les situations et les décisions des autres et qui n’a aucune possibilité d’action. Ce type de pourquoi est basé sur une tristesse profonde, mais qui veille à la maintenir de façon inconsciente parce que les avantages sont importants pour la personne. Cela renvoie à la notion de “bénéfices secondaires”. Un bénéfice secondaire, consiste à tirer consciemment ou inconsciemment des avantages d’une situation a priori désavantageuse, négative et défavorable, mais dont l’arrêt signifierait la perte du bénéfice en question.

La personne qui est dans ce schéma se plaint tout le temps d’être victime, et a toujours un public bienveillant prêt à l’écouter et à lui apporter son soutien et sa sympathie. Ce type de personne a un besoin de se sentir écouté, reconnu et parfois aimé. Ce qui fait qu’elle maintient inconsciemment sa souffrance pour en tirer les bénéfices secondaires.

L’émotion associée à ce pourquoi : La Tristesse

“-Pourquoi moi? Pourquoi toujours moi?

-Je n’ai pas de chance. J’ai toujours vécu des situations d’injustice…”

 

Le Pourquoi qui tire vers le haut : Le Pourquoi qui motive

Une autre façon d’envisager l’utilisation du Pourquoi pour se poser des questions pertinentes est de l’utiliser comme un tremplin pour avancer en se tournant vers l’avenir.

Se connecter à sa motivation initiale

D’un côté, on peut utiliser le pourquoi dans le but de retrouver sa motivation initiale et se connecter à la raison pour laquelle on s’est engagé dans ce projet ou avec cette personne avec laquelle on vit une difficulté. On peut se retrouver en plein milieu d’un chemin, perdu et on se déconnecte de la cause pour laquelle on a décidé de s’engager. Pourquoi j’ai démarré ce projet professionnel? Pourquoi je me suis engagé dans cette relation ou avec cette  personne? Avec ce pourquoi on  se connecte à la motivation initiale, source d’engagement et de sens.

On se trouve parfois submergé d’émotions ou de pensées, et on perd complètement ses repères. On oublie le pourquoi initial, qui fait que je suis dans cette situation, ici et maintenant. Le but n’est pas de rentrer dans une analyse du passé mais de retrouver les moments clé qui ont fait qu’on a démarré ce projet. Le pourquoi a ainsi un rôle de nous rappeler de la source de la motivation quand on se trouve fatigué, quand on rencontre un problème ou un imprévu qui  nous plombe notre énergie.

“-Pourquoi je me suis engagée dans ce projet?

-Parce que c’est mon rêve d’enfant! C’est ma mission de vie!”

Prendre de la hauteur

D’un autre côté, on peut utiliser le pourquoi pour prendre de la hauteur. Pour atteindre ceci, l’objectif est d’orienter son pourquoi vers soi. Un pourquoi pour comprendre son état émotionnel, ses pensées et ses réactions.

Un petit rappel au sujet du processus de la pensée automatique:

Evènement déclencheur ->Emotion -> Pensée -> Comportement

Et donc, utiliser le pourquoi, pour comprendre ses actions et ses réactions, surtout ceux qu’on n’assume pas ou qu’on regrette, une foi la vague émotionnelle disparaît. L’objectif de ce pourquoi est d’amener plus de conscience dans nos automatismes pour intervenir sur ceux qui ne nous honorent pas.

 

“-Pourquoi je me suis emporté et j’ai haussé le ton?

-Il m’a poussé, ça m’a mis en colère, j’ai pensé qu’il l’a fait exprès.”

 

Je vous invite à consulter les articles suivants qui sont en lien avec ce sujet :

Les croyances ressources et les croyances limitantes
La liste des 35 questions pour mieux se connaître

Je vous invite à approfondir le sujet en lisant ces livres :

Les Techniques de questionnement : Poser et se poser les bonnes questions

 

Partager l'article :
  •  
    7
    Partages
  • 7
  •  
  •  

Laisser un commentaire